34 Statistiques sur la fraude sociale par pays [Statistiques pour 2024]

Mis à jour le : 09/04/2023
Saltmoney.org est soutenu par ses lecteurs. Lorsque vous achetez en passant par les liens de notre site, nous pouvons percevoir une commission d'affiliation sans frais pour vous.

Savez-vous à quel point la fraude sociale est répandue ? Nous sommes souvent pris dans notre vie quotidienne, ignorant parfaitement les statistiques stupéfiantes entourant ce problème.

Nous avons sélectionné les chiffres les plus sérieux et les plus stimulants pour vous donner un aperçu clair.

Dans cet article, nous mettrons en lumière 34 statistiques de fraude sociale, ouvrant ainsi la porte à une conversation difficile sur l'intégrité, la responsabilité sociétale et la justice financière.

Connaître ces faits vous aidera à mieux comprendre l’ampleur de ce problème. Nous pensons souvent que les choses qui se passent à huis clos ne nous concernent pas directement.

Mais cela nous concerne tous – en gonflant nos impôts et en privant de fonds ceux qui ont réellement besoin et méritent d’être aidés. Parcourons ensemble ces chiffres et comprenons leurs implications sur nos vies.

Skip Ahead

20 Statistiques sur la fraude sociale

20 Statistiques sur la fraude sociale

Les statistiques suivantes ont été soigneusement compilées pour comprendre de manière globale la fraude sociale et ses différentes formes aux États-Unis.

En examinant ces statistiques, nous pouvons nous forger une opinion plus éclairée sur la prévalence et le coût de la fraude sociale.

On estime que moins de 1,51 TP3T de bénéficiaires de l’aide sociale commettent une fraude.

Étonnamment, on estime que seule une petite fraction de ceux qui reçoivent des prestations gouvernementales sont frauduleux. C'est moins de 1,5%, pour être exact.

Une personne participant à ce type de fraude peut donner une fausse idée de son niveau de revenu, de sa situation de vie ou d'autres facteurs clés déterminant l'éligibilité aux prestations sociales.

Ces fausses informations peuvent conduire à des chèques de prestations illégitimement gonflés provenant de programmes tels que le Programme d'assistance nutritionnelle supplémentaire (SNAP) ou l'Assistance temporaire aux familles nécessiteuses (TANF). Malgré leur faible pourcentage, ces cas génèrent néanmoins des pertes substantielles au fil du temps.

La fraude sociale coûte aux contribuables environ $1,5 milliards par an.

Certains lecteurs pourraient être surpris d’apprendre que même si l’on estime que moins de 1,51 TP3T de bénéficiaires de l’aide sociale commettent des fraudes, le coût qui en résulte est stupéfiant : près de $1,5 milliards par an en dollars des contribuables.

Ce chiffre n'est pas basé sur des cas individuels mais inclut des calculs associés aux détaillants et aux entreprises impliqués dans des pratiques trompeuses.

Par exemple, certains détaillants peuvent échanger illégalement de l’argent liquide contre des avantages SNAP ou même soumettre de fausses déclarations sous prétexte d’utiliser des avantages, ce qui entraîne des coûts globaux plus élevés.

Bien que des mesures globales soient prises par les agences fédérales et les États pour détecter, poursuivre et prévenir la fraude sociale – comme des systèmes de surveillance accrus et des conditions d’éligibilité plus strictes – cela reste un problème permanent qui a un impact annuel sur les budgets publics.

Les taux de trop-payés de l’assistance temporaire aux familles nécessiteuses (TANF) étaient d’environ 1,61 TP3T.

Le programme d'assistance temporaire aux familles nécessiteuses (TANF), conçu pour aider les plus nécessiteux, se heurte à des obstacles liés à l'intégrité du programme.

Il a été découvert que les taux de trop-payés pour le TANF étaient mesurés à environ 1,61 TP3T – un chiffre relativement faible, mais qui représente néanmoins une somme importante dans le budget global.

Les raisons de ces trop-payés varient ; ils peuvent être dus à des erreurs administratives ou, moins fréquemment, être associés à une fraude, dans laquelle les destinataires manipulent sciemment les informations pour obtenir des avantages supplémentaires.

Les stratégies clés pour atténuer ces trop-payés comprennent l’amélioration des processus administratifs et des audits périodiques.

Les taux de trop-payés pour le Programme d’assistance nutritionnelle supplémentaire (SNAP) étaient d’environ 3,71 TP3T.

Lorsque l’on considère le programme SNAP, il est essentiel de mentionner que ses taux de trop-payés ont été signalés jusqu’à 3,71 TP3T.

Ce pourcentage relativement élevé peut être dû à plusieurs facteurs, notamment une mauvaise communication, des erreurs involontaires de la part des destinataires ou des tentatives délibérées de fraude.

Passer à travers les mailles du contrôle de la qualité peut entraîner des charges importantes pour les fonds publics et avoir un impact injuste sur les bénéficiaires honnêtes qui dépendent de cette aide. La réduction de ce taux devrait donc rester une priorité absolue.

Lire aussi : 34 statistiques importantes sur le bien-être pour 2024

En 2020, environ 3 394 personnes ont été disqualifiées du programme SNAP en raison de violations intentionnelles.

Lorsqu’on discute de la fraude au sein des programmes sociaux, il est crucial de mentionner les aspects de responsabilité et d’application.

Dans le même ordre d’idées, environ 3 394 personnes en 2020 ont été exclues du bénéfice des prestations SNAP parce qu’elles ont intentionnellement enfreint les règles et réglementations qui les régissent – illustrant que les actions ont des conséquences lorsque les règles sont délibérément enfreintes.

Les mesures coercitives telles que la disqualification envoient un message fort contre les violations tout en assurant aux contribuables que leur argent est protégé contre toute utilisation abusive.

L’objectif n’est pas seulement de punir mais aussi de dissuader les comportements frauduleux potentiels et ainsi de protéger l’intégrité de ces programmes publics vitaux.

De 2016 à 2020, $543 millions de prestations SNAP ont été récupérées grâce à des enquêtes pour fraude.

En cinq ans, de 2016 à 2020, un montant stupéfiant de $543 millions de bénéfices SNAP a été récupéré grâce à des enquêtes rigoureuses sur les fraudes.

Ces récupérations soulignent l’ampleur de la fraude sociale et mettent en évidence les efforts fervents déployés par les instances dirigeantes pour lutter contre ces activités illégales. Ce chiffre est significatif et démontre la valeur de la vigilance et de la responsabilité dans les programmes publics.

C'est également un signe encourageant que les systèmes de surveillance fonctionnent efficacement pour détecter les activités frauduleuses.

Plus de 50% de fraudes sociales sont commises par des détaillants plutôt que par des bénéficiaires.

Contrairement à la croyance populaire, la fraude sociale n'est pas principalement commise par les bénéficiaires des prestations, mais plutôt par les détaillants impliqués dans le processus.

En fait, plus de 50% de ces activités frauduleuses sont perpétrées par des entreprises négociant illégalement du SNAP et d’autres prestations d’aide publique.

Cela crée un problème complexe pour les agences fédérales chargées de distribuer l'aide publique, car elles doivent lutter contre les comportements frauduleux au niveau individuel et au sein des entités commerciales établies.

En 2019, plus de 2 500 détaillants ont été définitivement disqualifiés pour trafic d’avantages SNAP.

Pour lutter efficacement contre la fraude sociale perpétrée par les détaillants, des mesures punitives strictes sont prises contre les personnes reconnues coupables.

En réfléchissant à l'efficacité de cette approche, rien qu'en 2019, plus de 2 500 détaillants impliqués dans ces pratiques illégales ont été définitivement exclus de la participation à des programmes liés aux avantages sociaux comme SNAP après avoir été découverts au cours d'une enquête approfondie.

Ce chiffre indique que du terrain gagne du terrain sur ce front crucial : les trafiquants illégaux sont tenus responsables en faisant preuve d’une tolérance zéro à l’égard de tels actes malhonnêtes dans la prestation de services publics.

Les États où les taux de fraude sociale sont les plus élevés sont la Floride, le Michigan et la Californie.

Certains États des États-Unis enregistrent régulièrement des taux élevés de fraude à l’aide sociale. Les trios en tête de cette liste douteuse sont la Floride, le Michigan et la Californie.

Il est important de noter que plusieurs facteurs contribuent à ces niveaux élevés de fraude : la densité de population, les conditions socio-économiques et les différents niveaux de réglementation selon les États.

Des taux élevés n’indiquent pas nécessairement un environnement réglementaire laxiste ; ils révèlent souvent des méthodes agressives pour identifier et éliminer les activités frauduleuses.

Une meilleure détection peut souvent mettre en lumière les dessous des escroqueries aux prestations, donnant à ces États une plus grande visibilité dans les cas frauduleux.

En 2020, on estime que 1 400 000 millions d’allocations de chômage ont été récupérées grâce aux enquêtes pour fraude.

Les enquêtes sur les demandes frauduleuses ne servent pas seulement à des fins punitives, mais ont également un impact financier vital. Rien qu’en 2020, une somme impressionnante – environ $30 millions – a été récupérée grâce à des efforts rigoureux pour vérifier la validité des demandes de chômage.

Ces recouvrements soulignent l’importance d’investir continuellement dans des mesures antifraude telles que des systèmes de contrôle complets et des audits de routine, garantissant que les fonds publics sont correctement alloués et récupérés en cas de mauvaise utilisation.

Environ 40% de fraude sociale implique la falsification ou la rétention d'informations sur la demande.

Concernant les méthodes employées par les auteurs de fraudes sociales, environ 40% impliquent des pratiques trompeuses au stade de la demande.

La falsification ou la rétention intentionnelle d'informations pertinentes leur permet d'avoir droit à des prestations auxquelles ils n'auraient pas droit autrement ou de recevoir des fonds plus élevés que ceux dus.

Les informations généralement déformées comprennent les niveaux de revenus gagnés, la composition du ménage ou la situation professionnelle – autant d’éléments cruciaux déterminant l’éligibilité à certains types de prestations.

Cette tactique subversive érode l’efficience et l’efficacité des programmes sociaux qui viennent en aide aux communautés les plus vulnérables d’Amérique.

20-25% de fraude à l'aide sociale est commise par des amis ou des membres de la famille du bénéficiaire.

La dure réalité est que même la confiance n’est pas à l’abri des manipulations en matière de fraude sociale. Un nombre alarmant de 20-25% de tous les cas de fraude à l'aide sociale impliquent des amis ou des membres de la famille qui abusent des prestations d'un bénéficiaire.

Cela peut se produire chaque fois qu'une personne de confiance utilise sciemment la carte EBT de son proche sans son consentement, demande des prestations en son nom et empoche l'argent, ou l'aide à mentir sur les formulaires de demande.

Cette exploitation réduit des ressources cruciales pour ceux qui en ont besoin et nuit aux relations autrefois étroites.

Le montant moyen des fraudes commises par un destinataire individuel est estimé à environ $1 100.

Il peut être surprenant d’examiner l’ampleur de la fraude sociale. Les recherches indiquent que la somme moyenne volée équivaut à environ 1 100 $ par personne.

Même si cela ne semble pas astronomique comparé à d’autres formes de criminalité en col blanc, ces gains mal acquis réduisent considérablement le financement potentiel des programmes qui fournissent un soutien financier vital aux populations vulnérables à travers l’Amérique.

La combinaison de circonstances soulève invariablement des préoccupations critiques concernant les systèmes actuels permettant de détecter et de dissuader les activités frauduleuses.

Environ 70% de cas de fraude sociale impliquent une sous-déclaration des revenus.

La forme la plus courante de fraude sociale réside dans la déclaration des revenus : environ 70% de tous les cas concernent directement des revenus sous-déclarés, mettant en évidence des failles importantes dans les processus de vérification.

Les individus ou les familles peuvent présenter des fiches de salaire fabriquées ou ne pas déclarer certaines sources de revenus, ce qui entraîne une surcompensation des prestations auxquelles elles ne sont pas entièrement admissibles.

Ce problème omniprésent souligne l’importance et l’urgence d’une transparence améliorée, de mesures d’audit rigoureuses et de systèmes de reporting rationalisés au sein des services sociaux de tous les États.

Les États consacrent en moyenne 0,11 TP3T de leur budget social à la lutte contre la fraude.

En moyenne, seulement 0,11 TP3T du budget social total d'un État finance des activités anti-fraude. Bien qu'apparemment modeste, ce soutien soutient des programmes essentiels visant à détecter et à prévenir la fraude dans le système de protection sociale d'un État.

Ces investissements financent des ressources telles que des systèmes de suivi des données et d'audit pour surveiller les activités anormales, des outils d'analyse prédictive pour anticiper les activités de fraude potentielles et investissent dans des équipes dédiées aux enquêtes et à l'application des lois - tous essentiels au maintien de l'intégrité du système de protection sociale.

Plus de 10% de cas de fraude sociale impliquent une collaboration entre les bénéficiaires et le personnel des agences sociales.

Un fait surprenant est que plus de 10% de tous les cas de fraude sociale impliquent une coopération entre les bénéficiaires et les membres du personnel des agences sociales.

Ces initiés peuvent manipuler le système en modifiant les données des destinataires ou en créant des bénéficiaires fictifs à des fins personnelles.

Résoudre ce problème implique des sanctions plus sévères pour les auteurs de ces actes et des investissements dans une meilleure formation du personnel, des pratiques de recrutement plus strictes et des contrôles internes plus stricts au sein des agences elles-mêmes.

Il a été constaté que plus de 1,5 million de bénéficiaires du SNAP ont reçu des prestations dans deux États simultanément, ce qui a entraîné des trop-payés estimés à $1,4 milliards en un an.

La fraude par duplication contribue de manière significative aux pertes du SNAP, avec plus de 1,5 million de bénéficiaires bénéficiant simultanément de prestations de deux États, ce qui se traduit par un montant approximatif de $1,4 milliards de prestations payées en trop chaque année.

Ce type de fraude « à double déduction » se produit lorsque des individus demandent et reçoivent des prestations de plusieurs États tout en cachant ces informations aux administrateurs, dépassant ainsi leur allocation légale de prestations.

La détection nécessite une coordination entre les États – un obstacle qui doit être surmonté pour freiner les abus généralisés.

De 2016 à 2020, les efforts de détection et de prévention de la fraude sociale ont permis aux contribuables américains d’économiser environ 1,8 milliard de livres sterling.

Les efforts visant à lutter contre la fraude sociale ont un impact considérable sur les économies des contribuables. Entre 2016 et 2020, les progrès des méthodes de détection et des efforts de prévention ont permis d’économiser environ 1,8 milliard de dollars pour les contribuables américains.

Ce résultat tangible est le fruit de la collaboration entre plusieurs agences fédérales et États travaillant ensemble pour mettre en œuvre des mesures plus strictes afin de détecter plus tôt les irrégularités et d'engager les poursuites judiciaires nécessaires contre les auteurs.

Le délai moyen nécessaire pour détecter une fraude sociale est d'environ 3 à 4 ans à compter du début de la fraude.

Malheureusement, détecter la fraude à l’aide sociale n’est pas toujours un processus rapide. En moyenne, il faut environ 3 à 4 ans à compter du début de l'activité frauduleuse pour qu'elle soit découverte.

Le retard peut être attribué à de nombreux facteurs, tels que les obstacles administratifs, les difficultés de contrôle et les limites des systèmes de suivi.

Cette détection tardive entraîne des pertes financières importantes qui pourraient autrement soutenir les personnes dans le besoin.

Les États dotés de conditions d’éligibilité et de systèmes de surveillance plus stricts ont tendance à avoir des taux de fraude sociale plus faibles.

Bien que les abus du système de protection sociale soient un problème à l’échelle nationale, les données suggèrent que les États ayant des conditions d’éligibilité plus strictes connaissent des taux de fraude sociale plus faibles.

Les États qui ont adopté des systèmes de surveillance innovants tels que des outils d'analyse prédictive avancée ont connu une réduction substantielle des cas frauduleux - une diminution estimée à 10-15%.

Ces outils analysent les modèles de données pour prédire les cas de fraude potentiels ; la vitesse à laquelle ces cas sont détectés augmente considérablement, ce qui entraîne une réduction considérable du nombre total de cas.

Lire aussi : 25 Statistiques de saisies immobilières pour 2023 [Les chiffres de la crise ?]

14 Statistiques sur la fraude sociale par pays

14 Statistiques sur la fraude sociale par pays

La fraude sociale ne se limite pas aux frontières américaines ; le problème est répandu partout dans le monde, bien qu’à des degrés divers. Regardez comment la fraude affecte certains des plus grands pays du monde.

Au Royaume-Uni, la fraude aux prestations a représenté 1,21 TP3T des dépenses totales en matière de prestations en 2020.

Le Royaume-Uni connaît également sa part de fraude sociale. En 2020, les activités frauduleuses représentaient 1,21 TP3T des dépenses totales en prestations.

Selon le ministère du Travail et des Retraites (DWP), les trop-payés dus à la fraude s'élevaient à environ 2,2 milliards de livres sterling, soit l'équivalent d'environ $3 milliards.

Il est important de noter qu'ils ont également signalé des sous-paiements dus à des erreurs, s'élevant à environ 1,9 milliard de livres sterling, soit $2,5 milliards en comparaison, ce qui montre que tous les écarts causés par des inexactitudes ne sont pas intentionnellement frauduleux.

Le DWP du Royaume-Uni adopte une approche agressive en matière de détection et de poursuite des fraudes sociales, avec un service dédié aux fraudes et aux erreurs aidant à récupérer des millions de dollars auprès des contrevenants chaque année.

Au Canada, la fraude sociale est estimée à moins de 1,5% des dépenses sociales totales.

Le Canada enregistre moins de fraudes à l'aide sociale que d'autres pays, car elles ne représentent qu'environ moins de 1,51 TP3T des dépenses totales en programmes d'admissibilité pour les ménages à faible revenu au Canada.

Selon l'Unité intégrée de répression des faillites du Canada, les cas de fausses déclarations dans les régimes d'aide sociale et d'assurance sociale, comme des revenus non déclarés ou des services non fournis, conduisent à ce chiffre.

Le système méticuleux de distribution des prestations du Canada nécessite des informations régulièrement mises à jour par les bénéficiaires, ce qui permet aux audits complets de détecter plus rapidement les comportements frauduleux.

En Australie, la fraude sociale a représenté environ 0,71 TP3T du total des prestations sociales au cours de l’exercice 2019-2020.

En Australie, le taux de fraude à l'aide sociale a représenté environ 0,71 TP3T du total des paiements au cours de l'exercice 2019-20.

Selon un rapport du Département des services sociaux, les bénéficiaires individuels et les prestataires de services impliqués dans des tromperies ont provoqué des déséquilibres superficiels dans la répartition des prestations, entraînant des pertes de 49 millions AUD (36 millions USD) au cours de cette période.

Dans le cadre des contre-mesures robustes mises en place par l'Australie contre de telles tentatives, la vérification de l'identité via le service numérique « myGovID » est lancée, garantissant que les bénéficiaires légitimes demandent des subventions publiques.

Un rapport de 2014 du Government Accountability Office des États-Unis a révélé que les paiements irréguliers, y compris la fraude et les erreurs administratives, représentaient 1,51 TP3T des paiements d'assurance chômage.

Même si le taux général de fraude à l'aide sociale reste faible aux États-Unis, une disparité existe dans un domaine spécifique : les allocations d'assurance chômage.

Selon un rapport 2014 Selon le Government Accountability Office (GAO) des États-Unis, les coûts déplacés, qui pourraient être dus à des actions frauduleuses ou à des erreurs administratives, représentaient environ 1,51 TP3T des versements d'assurance chômage.

Ce pourcentage cumulé peut paraître faible sur le papier ; cependant, cela se transforme en millions de dollars lorsqu’il est appliqué à de vastes sommes dispersées à l’échelle nationale.

Dans un rapport de 2018, la Cour des comptes européenne a estimé que la fraude dans les fonds structurels et d'investissement de l'UE était inférieure à 0,21 TP3T.

Les Rapport de la Cour des comptes européenne de 2018 a révélé une comparaison intéressante lorsqu'on la juxtapose aux statistiques d'Amérique du Nord : la fraude touche une fourchette basse impressionnante, inférieure à 0,21 TP3T des fonds structurels et d'investissement de l'UE.

La comparaison de ces données avec les chiffres américains met en évidence des différences significatives, démontrant à quel point les systèmes de protection sociale et les taux de fraude correspondants peuvent être variés dans le monde.

Un rapport du vérificateur général de l'Ontario de 2017 a révélé que la fraude représentait moins de 0,1% des cas d'aide sociale dans la province.

Revenons à l'Amérique du Nord et explorons les statistiques du Canada en matière d'abus de l'aide sociale. Une analyse détaillée du vérificateur général de l'Ontario publiée en 2017 a révélé que les cas de désinformation ou de manipulation délibérée classés comme fraude n'ont pu être retracés que dans moins de 0,1% des cas d'aide sociale à l'échelle de la province.

Seulement environ 1,51 TP3T des demandes d’aide sociale en Californie contenaient de fausses déclarations intentionnelles en 2018.

La Californie, un État généreux en matière d’aide sociale, a fait preuve d’un phénomène assez révélateur en 2018. Il a été constaté que seulement 1,51 TP3T environ des demandes d’aide sociale soumises contenaient des fausses déclarations intentionnelles. « Fausse déclaration intentionnelle » fait généralement référence au fait de fournir sciemment de fausses informations ou de dissimuler délibérément des faits qui autrement affecteraient l'admissibilité aux prestations.

Malgré les stéréotypes et les idées fausses dominantes entourant les discussions sur la prévalence de la fraude sociale, ce faible chiffre indique que cette activité frauduleuse est loin d'être aussi répandue que certains pourraient le penser en Californie.

Un rapport de 2015 du ministère britannique du Travail et des Pensions estime que les trop-payés dus à des fraudes et à des erreurs représentaient 1,81 TP3T des dépenses totales en matière de prestations.

Outre-Atlantique, nous pouvons observer des tendances similaires en ce qui concerne les statistiques de fraude sociale. Un rapport publié en 2015 par le ministère britannique du Travail et des Retraites a dévoilé un fait intrigant : environ 1,81 TP3T des dépenses totales en matière de prestations étaient imputables à des trop-payés dus à des fraudes et à des erreurs.

Cela montre à quel point les actes frauduleux délibérés et les erreurs administratives involontaires peuvent contribuer de manière significative à des dépenses publiques inutiles dans les secteurs des prestations sociales.

En 2019, les Pays-Bas ont estimé que la fraude sociale représentait environ 1,11 TP3T des dépenses sociales totales.

Poursuivant notre exploration mondiale, tournons notre attention vers les Pays-Bas, un pays doté de l'un des systèmes de sécurité sociale les plus étendus au monde.

En 2019, il a été estimé qu’environ 1,11 TP3T seulement des dépenses sociales totales étaient attribuées à des activités frauduleuses – un signal vers une approche efficace et bien adaptée contre l’affaiblissement trompeur du cadre de soutien social.

Une étude de 2020 a révélé que le taux estimé de fraude sociale en Nouvelle-Zélande était d'environ 0,61 TP3T.

Bien que la fraude sociale soit un problème omniprésent à l’échelle mondiale, certains pays s’en sortent mieux que d’autres. Selon une étude approfondie réalisée en Nouvelle-Zélande en 2020, le taux estimé de fraude sociale était d’environ 0,61 TP3T.

Les contrôles rigoureux et les sanctions du gouvernement contribuent probablement à ce chiffre relativement faible.

Le ministère du Développement social de Nouvelle-Zélande sensibilise également de manière proactive les citoyens à l'intégrité de l'aide sociale et les encourage à signaler toute fraude présumée.

Selon un rapport de la Cour des comptes française de 2017, la fraude représentait moins de 1% des dépenses de sécurité sociale en France.

Selon le rapport de la Cour des comptes française en 2017, moins de 1% de ses dépenses de sécurité sociale étaient dues à des activités frauduleuses.

Ce faible taux peut être attribué principalement aux mesures de contrôle actives mises en œuvre par les autorités françaises, qui se concentrent sur la détection et la prévention de la fraude à tous les niveaux du système de protection sociale, depuis les autorités d'approbation jusqu'aux bénéficiaires.

Un rapport du Bureau national d’audit suédois de 2019 estime que la fraude représentait environ 1,31 TP3T des dépenses sociales totales en Suède.

La Suède est confrontée à des taux de fraude sociale légèrement plus élevés que ses homologues européens comme la France. Selon le rapport du Bureau national d'audit suédois publié en 2019, environ 1,31 TP3T des dépenses sociales totales étaient liées à des activités frauduleuses.

Mais ne dénigrons pas immédiatement la Suède sans considérer son système de soins complet, qui va au-delà de la simple fourniture d’un niveau de vie minimum et garantit à tous les résidents une qualité de vie substantielle.

Bien que ses coûts soient globalement plus élevés, il maintient son intégrité grâce à des systèmes de surveillance vigilants, limitant les comportements frauduleux vers le bas de l’échelle internationale.

Selon un rapport de 2018 du ministère irlandais de l'Emploi et de la Protection sociale, la fraude représentait environ 1% des dépenses sociales totales en Irlande.

Les statistiques publiées par le ministère irlandais de l'Emploi et de la Protection sociale ont révélé que la fraude sociale représentait environ 11 TP3T des dépenses sociales totales de l'Irlande en 2018.

Malgré plusieurs mesures de précaution prises pour prévenir de tels abus, les fraudeurs trouvent des failles et réussissent à escroquer des fonds importants dans les caisses de l'État.

Malgré un faible pourcentage, compte tenu de ses implications sociétales, ce montant suscite une inquiétude considérable.

Un rapport de 2019 de la Cour des comptes fédérale allemande estime que la fraude représentait environ 1,51 TP3T des dépenses totales en matière de prestations sociales en Allemagne.

Malgré des protocoles stricts appliqués par les autorités allemandes pour lutter contre les activités frauduleuses liées aux prestations sociales, la Cour des comptes fédérale a constaté qu'en 2019, environ 1,51 TP3T des dépenses totales en matière de prestations sociales avaient été perdues à cause d'activités frauduleuses.

La proportion est nettement plus élevée que dans certains pays européens comme l’Irlande, ce qui indique qu’il reste encore beaucoup à faire pour mettre en place des mécanismes de contrôle et de régulation efficaces.

Restez conscient : même si ces pourcentages peuvent paraître insignifiants à première vue, ils cachent des montants substantiels lorsqu’on les considère comme des fractions du budget total de la protection sociale, qui se chiffre généralement en milliards.

FAQ sur les statistiques de fraude sociale

Selon les estimations, quel pourcentage de bénéficiaires de l'aide sociale sont impliqués dans des fraudes ?

On estime que moins de 1,51 TP3T de bénéficiaires de l’aide sociale se livrent à des fraudes.

Combien la fraude sociale coûte-t-elle chaque année aux contribuables américains ?

On estime que la fraude sociale coûte aux contribuables américains environ 1,5 milliard de dollars par an.

Quels États ont les taux de fraude sociale les plus élevés ?

Les États où les taux de fraude sociale sont les plus élevés sont la Floride, le Michigan et la Californie.

Quelles formes prennent la plupart des fraudes à l’aide sociale ?

Le plus souvent, la fraude sociale implique une sous-déclaration des revenus (environ 70% de cas), mais elle implique également la falsification ou la rétention d'informations sur les demandes et la collaboration avec le personnel de l'agence.

Quelle est l’efficacité des mesures contre la fraude sociale ?

De 2016 à 2020, les efforts de détection et de prévention ont permis aux contribuables américains d’économiser environ 1,8 milliard de livres sterling, démontrant un effet substantiel contre les cas de fraude.

Conclusion

Comprendre les statistiques derrière la fraude sociale permet de faire la lumière sur les subtilités et les dimensions de ce problème de société.

Il est essentiel de se rappeler que, même si les cas de fraude représentent une minorité, ils nuisent néanmoins aux fonds publics, aux contribuables et à ceux qui ont réellement besoin d'aide.

En tant que citoyens responsables, il est essentiel de comprendre ces questions et de rester vigilant pour lutter contre la fraude.

Ces statistiques soulignent la nécessité de poursuivre les efforts pour renforcer les mécanismes de contrôle, améliorer les taux de détection et garantir que les bénéfices profitent à ceux qui en ont réellement besoin.

Michael Restiano

Je soutiens la stratégie de contenu produit pour Salt Money. De plus, j'aide à développer une stratégie et des processus de contenu pour fournir un travail de qualité à nos lecteurs.

croiser LinkedIn Facebook Pinterest Youtube rss Twitter Instagram facebook-vierge rss-vierge linkedin-vierge Pinterest Youtube Twitter Instagram